Les Autorails du Tue-Vâques

Autorails VERNEY V1 & V2, Remorques RV1 & RV2.

En 1938, les Chemins de Fer Normands commandèrent aux Ateliers VERNEY du Mans dans la Sarthe, la construction de deux autorails afin de contrer la concurrence routière sur son Réseau du Val de Saire, les autocars modernes mettant à mal, la faible vitesse commerciale des trains à vapeur (25 km/h de moyenne). Les autorails étaient destinés à relever le difficile défi de ralier Cherbourg et Barfleur plus rapidement que les autocars ... La commande fait état en outre, d'une option pour deux remorques R12 et R13 à construire éventuellement à la suite. 

 

Le premier autorail, immatriculé CFN1 fut livré le 2 Octobre 1939 au dépôt CFN de St-Vaast-La Hougue et réimmatriculé aussitôt V1. D'un poids de 19 tonnes, il pouvait transporter 50 voyageurs + 3 personnes sur les strapontins et 37 personnes debout en cas d'affluence. Il fut équipé d'un attelage automatique et d'un moteur diésel CLM 6DV85 de 150 cv, ce qui était résolument moderne pour l'époque. 

 

Le second autorail, immatriculé directement V2, ne fut achevé de construire que le 15 Mai 1940, soit avec 7 mois et demi de retard sur le V1. La France était déjà entré en guerre malheureusement. Essayé sur la ligne SNCF Angers - Le Mans, il sera ensuite garé en attente à l'abri, en gare CFN de Pontorson et ne sera livré au dépôt de St-Vaast-La Hougue que le ... 30 Mai 1941, soit 3 ans après avoir été commandé. 

 

En cas d'affluence, les V1 et V2 étaient attelés à la remorque à 1 essieu utilisée normalement avec les Autorails Baert et Verney AM51 à 53 provenant de la transformation de camions GMC de l'armée américaine en 1919. Les autorails assuraient également le service des messageries en tractant la remorque à bagages, également à 1 essieu unique. (Reproduction Guyader.1, voir sa rubrique). Toutefois, la remorque à 1 seul essieu faisait de forts mouvements de lacets, très inconfortables pour les voyageurs assis, et encore plus, pour ceux restés debout ! Il fut donc décidé de confirmer l'option des remorques à bogies R12 et R13. Elles furent mises en chantier en Octobre 1942, mais les hostilités perturbèrent sérieusement leur construction. La R12 fut finalement achevée de construire en Avril 1948 seulement, et livrée le 26 du même mois. Elle effectua une marche d'essai de Cherbourg aux Flamands le 4 Mai 1948, et entra en service aussitôt sous une nouvelle immatriculation : RV1. La R13 pendant ce temps, était toujours en construction !!!

 

Las ! Le 30 Septembre 1950, alors que la R13 n'est pas encore livrée, le Réseau du Val de Saire ferme définitivement. Les autorails V1 et V2, ainsi que la remorque RV1 sont vendus au chemin de fer de Mamers à St-Calais. La R13, réimmmatriculée RV2 sera alors livrée directement au M-St-C, sans jamais avoir roulé sur le réseau qui l'avait commandée !

 

VincentRH a reproduit avec talent, cette petite série d'autorails et remorques pour la map du Tue-Vâques. Vous pouvez donc la télécharger sur son site :

 

https://sites.google.com/a/vincentrh.com/autorails-verney/

 

Voici ci-dessous, un exemplaire de chacun des deux autorails et de chacune des remorques. D'autres versions existent sur le site de Vincentrh, n'oubliez pas de le visiter. 

Autorail Verney V1 1920.zip
Archives compressées en format ZIP 1.3 MB
Autorail Verney V2 1920.zip
Archives compressées en format ZIP 1.8 MB
Autorail Verney remorque V1 1920.zip
Archives compressées en format ZIP 1.1 MB
Autorail Verney remorque V2 1920.zip
Archives compressées en format ZIP 1.6 MB

Autorails VERNEY SC1001 à SC1005.

La collection des Verney SC1000 à Montpellier-Chaptal
La collection des Verney SC1000 à Montpellier-Chaptal

Photo : Maurice Maillet Collection : Paul Génelot

Commandée et construite aux ateliers Verney de Prix les Mézières (Ardennes) à partir de 1935, la première unité de cette petite série d'autorails, numérotée SC1001 est livrée aux CFN le 15 Mars 1936. Il s'agit d'un véhicule de conception originale et très avance sur son temps, constitué de trois segments articulés comme le sont les tramways actuels. Reposant sur un bogie porteur avant et un essieu moteur arrière, ils sont mus par un moteur diésel Berliet de 105 cv. L'effort du moteur à l'essieu arrière est assuré via une boîte manuelle et un pont-moteur. Ces autorails étaient unidirectionnels et ne possédaient qu'un seul poste de conduite. Ils pouvaient être retournés en tout point de la ligne, terminus, gare intermédiaire ou pleine ligne en cas d'incident d'exploitation grâce à un système de vérin central muni d'un plateau tournant, manoeuvré manuellement avec une manivelle. 

 

A cette date, la SC1001 est alors affectée non pas au Réseau du Val de Saire, mais à la courte ligne CFN de Pontorson au Mont-St-Michel. Elle y donnera pleine satisfaction jusqu'à son remisage à Pontorson en Octobre 1937. Elle fut toutefois garée sans utilisation d'Octobre 1937 à Août 1938, où le 27 de ce mois, elle fut transférée au dépôt CFN de St-Vaast-La Hougue pour être affectée à la desserte de la ligne Cherbourg - Barfleur, en renfort des vétustes autorails Baert et Verney des années 1920. 

 

Entre temps, les ateliers Verney de Prix les Mézières ont entrepris à partir de 1936, la construction de trois autres autorails similaires au SC1001, destinés aux Chemins de fer de l'Est. Ces autorails seront livrés à la grande compagnie le 20 Mai 1937. 

 

Après l'hiver 1938/1939, l'autorail SC1001 retourne à Pontorson pour rejoindre sa ligne originale d'affectation. Le trafic autorail de Cherbourg - Barfleur est alors assuré avec les autorails Verney V1 et V2, par les 3 autorails GMC AM51 à 53 et par la Verney SCF1/24 surnomée "Francine" par les cheminots et les usagers. Mais les 3 GMC arrivent à bout de course. Construits en 1927 sur la base de châssis de camions de l'armée américaine abandonnés et récupérés après la Grande Guerre, les CFN se voient contraints de réduire leur utilisation au maximum. Il est alors signé avec la société SCF Verney le 29 Octobre 1941, une location de 3 autorails dont elle est propriétaire. Il s'agit en fait des 3 unités 1002, 1003 et 1004 des Chemins de Fer de l'Est que la société a récupéré près de la jeune SNCF qui ne les utilise plus. Le premier à arriver sur le Réseau CFN est le SC1003, en Octobre 1942. Garé dans un premier temps sans utilisation à Pontorson, il est envoyé en révision aux ateliers Verney du Mans  le 26 Janvier 1943. En raison du conflit 39-45, il y restera jusqu'en Mars 1946, où il rejoindra enfin le dépôt de St-Vaast la Hougue, accompagné des 2 autres autorails, les 1002 et 1004, qui sont arrivés à Valognes depuis le 7 du mois précédent. 

 

A la fin des hostilités, la SCF Verney fait construire spécifiquement pour les CFN, un autorail supplémentaire du même type que les précédents, numéroté SC1005. L'autorail est expédié depuis Le Mans le 30 Juillet 1946 par ses propres moyens, et arrive via le Réseau SNCF à Cherbourg, en gare des Flamands, pour y assurer comme les autres son service sur Cherbourg-Barfleur. 

 

Les Autorails SC1000 n'auront donc véritablement roulé sur le Réseau CFN que de la seconde moitié de 1946 à la fin du service en Septembre 1950, soit 4 petites années. A l'été 1950, le service ayant été réduit comme peau de chagrin par la société Verney, qui gère les CFN, il ne subsiste plus qu'un seul autorail en service. Les autres mouvements sont transférés sur route. Seul le SC1002 est maintenu en service, les autres machines étant remisées à St-Vaast-La Hougue, dans l'attente d'une très certaine fermeture à venir du réseau. Le 30 Septembre 1950, c'est une chose effective. 

 

Alors que les autorails V1 et V2 sont vendus au Réseau Sarthois de Mamers à St-Calais, la SCF Verney, toujours propriétaire des SC1000, revend les 5 appareils (y compris celui du Mt-St-Michel) aux Chemins de Fer de l'Hérault pour l'exploitation de sa ligne Montpellier-Esplanade à Palavas les Flots. Ils sont expédiés par voie ferrée à Montpellier-Chaptal qui sera leur ultime lieu d'affectation.  

L'autorail SC1000 de Vincentrh créé pour le Tue-Vâques.

Vous trouverez ci-dessous les 4 exemplaires qui roulèrent pendant 4 ans sur la ligne Cherbourg - Barfleur. Le SC1001 n'est pas fourni ici, car il n'a roulé sur la ligne que pendant quelques mois à l'hiver 1938/1939. Son affectation était la ligne de Pontorson au Mt-St-Michel.

 

Si vous souhaitez avoir la collection complète, il vous faut télécharger les 4 appareils, ces derniers ayant des couleurs et des détails différents les uns des autres. 

Autorail Verney SC 1002.zip
Archives compressées en format ZIP 2.4 MB
Autorail Verney SC 1003.zip
Archives compressées en format ZIP 2.9 MB
Autorail Verney SC 1004.zip
Archives compressées en format ZIP 3.7 MB
Autorail Verney SC 1005.zip
Archives compressées en format ZIP 3.3 MB