Le Chemin de Fer de Jaffa à Jerusalem

Achilles Garrigues, un "mappeur" grandeur nature et bien réel.

Si je suis un fan inconditionnel du Chemin de Fer en général, y aurait-il à cela un esprit familial qui en serait responsable ? Je peux me poser parfois la question au fait que j'ai le bonheur de compter dans mes ancêtres familiaux, un arrière grand-oncle qui consacra lui aussi sa vie aux trains. ô combien !

 

Ingénieur du PLM (Paris - Lyon - Méditerranée), Achilles Garrigues, né à Vias (Hérault) en Juin 1857, et oncle de ma grand-mère, était un homme érudit et très instruit. En 1890, il fut mandaté pour diriger la construction des ouvrages d'art de la ligne de la future Compagnie du Chemin de fer Ottoman de Jaffa à Jerusalem. Ce fut la première ligne de chemin de fer construire au proche-Orient et en Terre Sainte, prémice de ce qui allait devenir en 1948, les Chemins de Fer Israéliens.

 

La ligne fut à l'époque construite à voie métrique selon les conceptions françaises des lignes dites "économiques". Promu par l'entrepeneur Joseph Navon, Le projet fut financé par un français Bernard Camille Callas par le biais de la création de la Société du Chemin de Fer Ottoman de Jaffa à Jérusalem et prolongements. Les fonds provinrent pour plus de la moitié, de religieux Chrétiens. Les travaux sont confiés alors à la Compagnie de Travaux Publics et Construction de Paris. C'est en relation avec cette compagnie que travaillait Achille Garrigues. Les superstuctures voies et bâtiments sont très similaires à ce que l'on rencontre sur des compagnies locales du Sud-Est de la France, comme le Sud-France (futurs Chemins de Fer de Provence) ou le CF du Vivarais. Toutefois, on notera une différence importante dans la technique de fixation des rails sur les traverses, puisque ceux-ci étaient "cramponnés" à la mode nord-américaine, et non tirefonnés comme en France. Après 1920 et la première guerre mondiale, la ligne fut convertie à voie normale, d'abord en double écartement, puis à voie normale seule, par les Anglais. Hautement stratégique, cette voie ferrée fut reliée par la suite, via Tel-Aviv et Haïfa à la célèbre Ligne du Hedjaz, qui permettait de joindre Damas (Syrie) à Medine et La Mecque. Détruite à maintes reprises par les hostilités dans cette région, elle a survécu jusqu'à aujourd'hui tant bien que mal, exploitée par les Chemins de Fer Israéliens. En 1998, en très mauvais état technique, la ligne a été fermée jusqu'en 2005 pour procéder à d'importants travaux de reconstruction. 

 

C'est aujourd'hui un virage important que la ligne de Tel-Aviv (qui a remplacé Jaffa comme origine, cette dernière gare étant aujourd'hui un centre commercial comportant un musée ferroviaire) à Jérusalem va prendre. Dans sa forme actuelle, elle va cesser son activité, remplacée par une toute nouvelle Ligne à Grande Vitesse qui mettra Jerusalem à 28 mn de Tel-Aviv au lieu d'1h30 à l'heure actuelle par la ligne historique. Les Chemins de Fer Israléiens ont cependant affirmé qu'ils conserveraient la vieille ligne, en raison de son intérêt historique et touristique. Le Jaffa - Jerusalem devrait donc survivre sous la forme d'un Train Touristique dont j'espère, l'intérêt soit reconnu du plus grand nombre ...

 

Ma grand-mère, en raison de ma passion pour le Chemin de Fer, et de l'intérêt immense que je porte à l'oeuvre de mon ancêtre, m'a fait don des archives photographiques d'époque d'Achille Garrigues. Il m'a semblé que dans l'intérêt historique, il était utile qu'à ma petite échelle, j'appuie la décision de David Ravid, président des CF Israéliens de conserver la ligne historique, en ouvrant mes archives photographiques. Je vous présente donc ci-après l'intégralité des clichés qui furent pris à l'époque ... ces photos ont toutes été prises en 1891 et 1892 et sont remarquables par leur qualité. Vous trouverez également, un petit film de 2mn, réalisé en 1896 en gare de Jerusalem par les frères Lumières, pris sur la plateforme arrière de la dernière voiture d'un train en partance pour Jaffa.